logo

Vidéo 360° en formation : sortez du cadre !

Loading Likes...

09/05/2022

Vidéo 360° en formation : sortez du cadre !

Premiers pas en formation immersive

C’est décidé, vous vous lancez dans l’Immersive Learning ! Mais entre VR et vidéo 360°, votre cœur balance. Comme en pédagogie, allez-y pro-gre-ssi-vement. Plus simple à concevoir et à réaliser et moins coûteuse que la VR, la vidéo 360° est la modalité idéale pour vos premiers pas en Immersive Learning.

vidéo 360

La vidéo 360°, késako ?

Dans une vidéo 360° interactive, l’apprenant est au centre de la scène. Il peut regarder tout autour de lui, en haut en bas, à droit et à gauche (ce que les initiés appellent du 3DoF « three degrees of freedom » 😊). Les images sont réelles et tournées avec une caméra 360°. L’apprenant peut interagir avec son environnement, choisir son cheminement dans l’expérience, ouvrir un média explicatif, faire un quiz, etc. Mais, contrairement à la VR, il ne peut pas se déplacer dans l’univers proposé.

En synthèse, l’apprenant peut :

- Voir (vidéo 360° et VR),

- Être (vidéo 360° et VR),

- Faire (VR).

La vidéo 360°, on rembobine

Quand bien même, vous avez décidé d’y aller. Prenez à nouveau le temps de la réflexion. Si votre choix s’est porté sur la formation immersive car vous souhaitez proposer un apprentissage :

  • basé sur l’exploration,
  • au plus proche du réel (pour les sensations et émotions),
  • engageant (qui donne envie de continuer) voire immersif (qui coupe l’apprenant du monde réel),
  • totalement waouh !

Alors, il n’y a pas d’hésitation à avoir. En revanche, si l’effet waouh est votre seule motivation, réfléchissez-y à 2 fois. Car peu à peu, l’effet de nouveauté et d’enchantement technologique disparaît.

360 sujets… ou presque : onboarding, problématiques de sécurité et conformité, aménagement d’espace/merchandising, softskills, prise de parole/entretiens, les gestes métiers (à l’exception de ceux qui demandent une grande précision), etc.

La vidéo 360°, c’est décidé, j’y vais !

Gros plan sur la conception

Dans une vidéo 360°, l’histoire qu’on raconte (le storytelling), devient l’histoire que l’on vit (le storyliving). Afin d’orienter votre écriture dans ce sens, faites un repérage des lieux très en amont et profitez-en pour faire quelques prises de vues. Visionnez-les dans un casque VR. C’est le meilleur moyen de se mettre à la place de l’apprenant et de vous orienter vers une écriture « immersive ».

Le point de vue de la caméra devient celui de l’apprenant, il est au cœur de tout. La subtilité de l’écriture immersive est d’encourager l’exploration tout en guidant l’apprenant dans ses apprentissages.  Pour cela, vous avez plusieurs ressorts :

  • Un guide (joué par un acteur) pour l’interpeller avec des questions ou l’encourager, lui faire des feedbacks ;
  • Des objets pour matérialiser les interactions. Ceux-ci doivent idéalement faire partie du décor et de l’histoire afin que les interactions soient naturelles (et l’immersion plus aboutie) ;
  • Le son car dans une vidéo 360°, il est spacialisé, donc idéal pour attirer le regard vers un endroit de la scène, ainsi que pour renforcer l’immersion (un sens de plus sollicité chez l’apprenant).

La vidéo 360°, ce n’est ni de la vidéo 2D, ni de la VR. Du coup, les transitions sont matérialisées par des changements de scène (décidés par l’apprenant) et non de plan. Difficile de changer de plan quand on ne peut anticiper là où le regard de l’apprenant se porte ! Quant aux mouvements, ils sont limités aux rotations de la tête ; par conséquent, impossible de s’approcher/s’éloigner d’un élément ou de suivre quelqu’un.

Deux mots d’ordre, pour la route ? Ne limitez pas l’action dans un champ de 120° à 180° et amusez-vous (escape game, scénarii à embranchements pour rejouer l’expérience, toutes les idées sont bonnes… ou presque 😊 !)

Travelling avant sur le tournage

Un tournage en 360° ne se prépare pas et ne se dirige pas tout à fait comme un tournage « classique ».

Côté préparation

Le repérage est essentiel pour savoir où placer la caméra dans les différentes scènes et prévoir les déplacements (il y a une distance minimum de 1m50 entre la caméra et les objets/le décor, faute de quoi l’image est déformée).

Comme il n’y a pas de hors-champ en 360°, impossible de jouer avec des éclairages, du matériel de prise de son (ou très discret alors). Il faut donc s’assurer que l’environnement ne nécessite pas tous ces artifices.

Enfin, l’apprentissage des textes en amont est crucial car on ne travaille pas en plans courts mais en plans séquences (pour des problématiques de montage). Chaque erreur dans le texte implique de recommencer le plan séquence (ce qui peut prolonger vos séances de tournage).

Le jour de tournage

Toute l’équipe est cachée hors-champ et vous visionnez la scène sur un écran de tablette, un casque sur les oreilles pour le son. Cela demande une concentration accrue et un briefing précis et régulier des équipes et acteurs.

Le déploiement

Le matériel, l’appétence des apprenants, l’aisance des formateurs pour la technologie sont à intégrer dès le début de votre projet. Car cela peut s’avérer un frein à lever (voire un no-go). L’expérience immersive prend tout son sens lorsqu’elle est vécue au travers d’un casque VR (quel type de casque, pour qui, dans quel contexte, quel accès aux expériences, comment gérer les aspects sanitaires, etc.). Autant de questions pour lesquelles vous faire accompagner est une vraie bonne idée 😊.

Une vidéo 360°, c’est une équipe pluridisciplinaire et un vrai travail d’équipe. Pour une expérience tout en zénitude, choisissez-la avec le plus grand soin.

 

 

Un article by TIPS

Postez-nous vos oeuvres d’art en commentaire !

Commentaires (0 )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.