logo

Télétravail et bien-être ou comment optimiser sa QV2T La revue de presse

by TIPS n’ LEARN

S’il ne date quand même pas d’hier, le télétravail – autrement appelé home office ou homeworking – s’est pris ces derniers mois un sacré coup d’accélérateur, jusqu’à devenir “le” hot topic de cette rentrée. Et tout le monde semble l’adorer, enfin presque tout le monde… Car s’il rime avec liberté, flexibilité, responsabilité, productivité, il peut aussi s’accorder avec sédentarité, anxiété, sentiment d’être débordé ou isolé. Vous l’aurez compris, la QV2T (qualité de vie en télétravail), on n’a pas fini d’en parler.

Et comme les astres sont parfois parfaitement alignés, bim, voilà que TIPS, après plusieurs mois de préparation en cuisine, vient de publier sa première collection sur-étagère. Elle est consacrée… comme par hasard… au bien-être au travail ! Preuve que chez TIPS, on a du goût mais aussi du nez. Alors, il était tout à fait naturel, pour cette revue de presse de rentrée, de se pencher sur le bien-être et le télétravail, ses avantages, ses écueils, ses possibilités. Qualitative, Véridique (Dick), Technique… lisez plutôt !

Le télétravail, c’est trop géniaaaaaal

Sérieux, après quelques semaines de télétravail imposé – et souvent improvisé -, voilà qu’ils ne veulent plus retourner au bureau ! Et oui, après y avoir goûté, plus de 70% des télétravailleurs n’ont pas (déjà) envie d’y renoncer. Il faut dire qu’il a su séduire. Avec lui, finies les heures en mode sardines dans le métro ou à écouter 107.7 dans les bouchons. Terminée la course infernale pour concilier nounou, médecin, courses, repas. Augmentée l’efficacité au travail, sans interruption permanente et sans réunionite aiguë… Sans oublier la possibilité d’une île (ok, c’est peut-être un peu fantasmatique mais avec une bonne connexion wifi, tout devient possible).

Pour résumer

Plus d’autonomie et de temps, une liberté d’organisation, une plus grande efficacité, une meilleure concentration… et, coup double, une aubaine pour la planète. Bon, mais faut pas croire, il y a quand même quelques bémols voire revers : de grande disparités d’opinion existent quant à l’envie de télétravailler, selon qu’il s’agisse de salariés ou de managers, de grandes entreprises ou de PME. Aussi, sans hausse du niveau de satisfaction des employés, que ce soit au bureau ou à la maison, pas d’augmentation de la productivité. Et, surtout, jouer télétravailler comporte des risques…

Plutôt télé ou plutôt travail ?

Entre les 15 notifications (plus ou moins utiles d’ailleurs) qui arrivent par minute, le fil whatsApp qui ne cesse de s’emballer ou encore les tonnes de mails à ne plus savoir quoi à en faire, les pollutions numériques sont légion. Elles tendent autant à vous déconcentrer qu’à vous éparpiller. On parle des enfants qui – puisque vous êtes là… – ont besoin d’être occupés ou aidés dans leurs devoirs ? Sachant qu’avant ce soir, il faut boucler trois dossiers, faire deux réunions Zoom, lancer l’appel d’offres, écrire la propal, le tout sous contrôle (pour ne pas dire flicage) du N+1… Bref, la liberté et l’autonomie, c’est chouette, mais encore faut-il bien gérer le temps, l’organisation, la pression. Car, entre les potentielles distractions et les risques d’épuisement professionnel, le télétravail n’est pas de tout repos (justement non, c’est le concept).

Action-réaction

On définit bien ses horaires – pour ne pas se laisser déborder -, on délimite son cadre de travail pour qu’il soit propice à la concentration. On planifie ses activités pour concilier vie pro-vie perso. Aussi, on crée des routines pour ne pas s’en laisser détourner et l’on met le holà sur toutes les pollutions digitales. Enfin, le must du must : on s’accorde le droit à la déconnexion, qui fait depuis 2016 l’objet d’une loi inscrite dans le Code du travail. Si si…

 

Le (télé)travail, c’est la santé ???

À bien y réfléchir, pas si sûr, sauf être assez assidu (et motivé) pour faire un jogging quotidien ou les 10 000 pas qui vont bien. En effet, la tentation est grande de rester, des heures durant, à son poste de travail, sans bouger. Pas le temps ou pas envie de déjeuner ? Et hop, un repas sur le pouce, devant l’ordi, pour ne rien arranger (que dire de la pause goûter ou des bonbons qui traînent dans le placard du salon). Aucun doute, le télétravail s’est acoquiné avec l’inactivité et la sédentarité, 4e cause de mortalité dans le monde (ça calme hein). Et on vous épargne les risques accrus de maladies cardio-vasculaires, diabète, cholestérol, etc.

Action-réaction 

On passe ses coups de fil en faisant les 100 pas, on change de posture toutes les 30 minutes, on regarde par la fenêtre pour stimuler sa vision de loin, on investit dans un swiss ball pour réduire les TMS, on prend de vrais repas, variés et équilibrés… bref, on tire profit du télétravail pour réaligner le corps et l’esprit. Finalement, ce n’est peut-être pas si compliqué de conjuguer télétravail et santé !

Non Jef, t’es pas tout seul !

Vous avez en mémoire (avec un brin de nostalgie d’ailleurs) le petit café du matin, partagé avec les collègues, où l’on parle du dernier film vu au ciné, du métro qui était encore bondé ou de la nouvelle à la com’ qui est super sympa. En télétravail, la communication avec vos collègues se borne à des échanges en mode impersonnel, où règnent les émoticônes et autres lettres vite fait associées du genre slt, pk, jsp, cdt. Isolement social et professionnel, solitude, ennui, démotivation – sans parler de l’inquiétude liée à la conjoncture économique et sanitaire – comptent aussi parmi les écueils courants (et pas toujours facilement identifiés) du télétravail.

Action-réaction

On garde le contact avec ses collègues avec des rendez-vous tout au long de la journée pour maintenir les moments de sociabilité, de cohésion, de partage. On opte pour des communications fluides, ponctuées de mots sympas, riches d’humour ou d’énergie. On privilégie le collectif en installant les outils et plateformes d’échanges indispensables à la communication du groupe et au travail collaboratif. Ici le manager a un rôle très important à jouer vis-à-vis de ses équipes, pour les engager, les écouter, comprendre leurs difficultés, maintenir le contact, les encourager. C’est à toute ces conditions que les notions de télétravail et de bien-être peuvent s’épouser !

Chez tips on en pense quoi ?



On pratique le télétravail depuis le début et comme tout le monde on a cherché notre rythme et on l’a trouvé (même si ce n’est pas gravé dans le marbre) : 2 jours à la maison, 1 à 2 jours au bureau et 1 à 2 jours avec nos clients. On est des digital addicts, le contraire serait étonnant. Mais on se soigne : le jardin pour les uns, le sport pour les autres, un peu de swiss ball et un minimum d’attention portée à notre alimentation. Côté équipe, Slack pour interagir sur nos projets et partager ce qui nous fait rire ou rêver. Zoom, Slack et Teams pour des réunions lors desquelles on peut au moins profiter du sourire des uns et des autres, et le téléphone pour les urgences. Enfin dés qu’on le peut des retrouvailles autour d’un bon repas ou d’un apéro 🙂

Les lien et ressources

La revue by Tips, un oeil grand ouvert sur l'actu du digital learning

Commentaires (0 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *