logo

La digitalisation de la formation professionnelle – Episode 3 La Revue by TIPS n’ LEARN La revue de presse

Comment digitaliser son dispositif de formation ? Good question ! Justement, après vous être posé les bonnes questions (elles sont à revoir ici : https://bytips.fr/1n), après avoir déterminé les technologies et les contenus les plus appropriés (rebelote : bytips.fr/1e), avez-vous pensé à l’engagement des apprenants ? En voilà un concept-clé (et hélas souvent négligé) pour transformer un dispositif pédagogique en véritable success-story (oui oui, les mots sont pesés). Et le digital learning (parce qu’il est vraiment trop fort) a décidément tous les moyens pour informer, séduire, enflammer, émotionner… ! L’embarquement des apprenants est donc bel et bien au cœur de cette 3e revue de la presse et du web consacrée à la digitalisation de la formation professionnelle. Attachez vos ceintures et… bonne lecture !

 

Reconnaissons-le : avoir une technologie solide et innovante qui permet la diversité des médias et favorise une démarche collaborative, c’est bien. Disposer de contenus riches et adaptés aux attentes et besoins des apprenants, c’est très bien. Mais, oui, il y a un mais. Encore faut-il que 1) vos apprenants sachent que cela existe et 2) qu’ils soient motivés pour suivre ce parcours de formation. Sinon… patatras, c’est la cata ! Sans travailler l’engagement des apprenants, même la meilleure des formations n’aura que des effets limités et donnera lieu à des résultats très (très) décevants, que ce soit en termes de taux d’apprenants, de connexion, de complétion… Pour s’épargner ce goût d’inachevé et maximiser l’efficience du dispositif, il est primordial de guider les apprenants tout au long de leur parcours (comprendre : avant, pendant et après) et les motiver pour optimiser leur engagement. Pour cela, good news, pas mal de moyens en stock !

// Knowledge One : “8 clés pour l’engagement en apprentissage”

     

Gamifiez, storytellez, enchantez…

Avez-vous songé à gamifier votre formation ? Petit mémo : il s’agit non pas de la transformer en un jeu de société géant, mais bien d’appliquer les mécanismes du jeu dans un contexte d’apprentissage. Car la gamification a bien des atouts dans son sac pour favoriser l’engagement des apprenants. Divertissante (et non ultraboring comme peuvent encore l’être nombre de formations), elle permet aux apprenants de s’évader, de relever des défis, de prendre le contrôle, de coopérer avec d’autres, d’être stimulés et motivés à poursuivre et aller plus loin encore… Autre ressort à intégrer sans modération : le storytelling. Car l’art de la narration peut être une arme furieusement redoutable pour créer de l’émotion (favorisant la mémorisation), emporter l’adhésion, susciter un besoin d’interaction, générer un processus d’identification…  Tel un fil rouge tout au long du parcours, l’histoire suscite du désir, du plaisir, de l’envie, des émotions : autant de ressorts gagnants pour décupler l’engagement des apprenants. Et double effet Kiss Cool, la gamification et le storytelling offrent de parfaits terrains de jeu pour intégrer une information, recontextualiser les apprentissages (= se projeter dans l’action) et ainsi faciliter leurs transfert et mise en application.

// YouMatter : “La gamification ou le jeu pédagogique au service des formations en entreprises”

// CultureRH : “Gamification en formation : les règles du « je » en formation évoluent”

// ISTF : “Captez l’attention de vos apprenants grâce au Storytelling”

 

Une place pour l’UGC (non, pas le cinéma hein, il est fermé) !

Oui, ce sont les fameux User Generated Contents, autrement dit l’ensemble des contenus produits par les utilisateurs eux-mêmes. On parle même de LGC (Learner Generated Contents), contenus spécifiquement produits par les apprenants. On les retrouve sous des formes très variées telles que les avis, les commentaires mais aussi directement dans la création et le partage de contenus… Est-ce une bonne chose ? Clairement, le fait d’impliquer les apprenants dans la conception des contenus peut être un ressort particulièrement intéressant (et surtout efficace) pour les engager. La valorisation de leurs compétences couplée à leur plaisir de partager peut faire un bon mix, sans oublier la plus grande acceptation de leurs apports par les autres apprenants. Parallèlement, c’est un moyen bien pratique d’avoir des contenus plus riches, pertinents et adaptés aux attentes du terrain. Encore un double effet Kiss Cool !

// MindOnSite : “User Generated Content : le meilleur moyen d’engager vos apprenants ?”   

// ElearningIndustry : “User-Generated Content: Socialization Of eLearning Content”

// Didask : “Les 4 mythes de la création de contenu dans la formation digitale”

 

Let’s get nudge !

Besoin d’un coup de pouce pour leur donner envie d’y aller ? Invitez le nudge en formation ! Egalement qualifié de call to action, le nudge détient lui aussi de super pouvoirs en matière d’engagement. Car, même avec la meilleure volonté du monde, nous sommes tous un peu biaisés ! Hein ? Oui et ce n’est d’ailleurs pas complètement de notre faute, car pour passer à l’action ou donner un sens à un événement, notre cerveau va utiliser des croyances subjectives inconscientes : les biais cognitifs (ces schémas de pensée trompeurs et faussement logiques) entrent alors en scène. La force du nudge en formation ? C’est justement de contourner ces biais cognitifs qui peuvent amener les apprenants à ne pas se former ou à abandonner le dispositif en cours de route. Bref, ce petit coup de pouce (qui lui aussi peut prendre bien des formes) va permettre aux apprenants de passer à l’action, d’y aller et, surtout, d’y rester.

// Start Les Echos : “Au travail aussi, les nudges peuvent nous aider à passer de l’intention à l’action”

// MR News : “Le Nudge : un vrai levier (aussi) sur les enjeux de formation ?”                  

// C-CAMPUS : “Interview de Jérémy Salmon (Fifty) : “Les nudges aident à passer de l’intention à l’action”

 

Le bouquet final : la communication

La communication en fin de parcours pédagogique ? Ah que non ! Au contraire, la communication autour d’un dispositif de formation doit intervenir dès le début du projet car plus tôt on fait savoir, plus les apprenants s’impliquent et y adhèrent. Et l’on ne saurait énumérer avec exhaustivité tous les bienfaits de la communication en amont du parcours de formation : pour la faire connaître bien sûr, mais aussi créer un phénomène d’attente, susciter de l’envie, de la curiosité, impliquer de plus en plus de monde, faire le buzz autour du dispositif, faciliter le lancement du projet… Puis elle doit également être présente pendant la formation et tout autant après, afin de relancer, améliorer, évaluer… Ce qu’il faut retenir donc, c’est que la communication est décidément fon-da-men-tale, elle compte parmi les principaux rouages de l’engagement des apprenants. Alors, pourquoi l’aborder ici en dernier ? Pour s’assurer que plus jamais vous ne l’oublierez !

// CultureRH : “Comment construire le plan de communication d’un service formation ?”

// RH Matin : “Learner marketing : comment optimiser l’implication des apprenants sur le long terme ?”

Chez tips on en pense quoi ?



Les lien et ressources

Retour sur l’épisode 1 : bytips.fr/1n et épisode 2 : bytips.fr/1e

La revue by Tips, un oeil grand ouvert sur l'actu du digital learning

Commentaires (0 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *